Les artisans

La vannerie et la corderie

fauteuil

Les rameaux souples utilisés en vannerie étaient prélevés sur les arbustes de la flore locale : noisetier, tilleul, cornouiller. Les cannes de Provence, les ajoncs étaient également utilisés, de même que les ronces. Mais la préférence allait aux rameaux de saule, qui faisaient l'objet de plantations organisées et qui fournissaient l'osier.

Les vanniers choisissaient de fines tiges d'osier, flexibles, longues et de diamètre constant. Elles étaient ensuite trempées dans de l'eau, afin de conserver leur souplesse. Aprés avoir été blanchies, c'est à dire écorcées, ces tiges d'osier étaient divisées en trois à l'aide d'un fendoir, puis tressées.

Les vanniers fabriquaient toutes sortes de paniers, des corbeilles, des hottes pour les vendanges, des cages pour les volailles et même des meubles

Les nasses étaient également des productions importantes de la vannerie, car les gallo-romains mangeaient beaucoup de poissons. Ces nasses étaient utilisées pour les capturer mais aussi les conserver vivants dans l'eau des cours d'eau.

nasse

La corderie

Les matériaux utilisés en corderie provenaient du monde animal aussi bien que végétal : cuir découpé en lanières, crin de cheval, poils de toisons longues, laine, lin, chanvre, houblon, orties, chèvrefeuille mais aussi l'écorce de certains arbres.

Les techniques de fabrication de cordes et de ficelles reposaient sur les différentes façons de tordre ensemble les brins (torsion), ou de les croiser (tressage).

artisan tressant un panier