Les commerçants

Le bijoutier

Hommes, femmes et enfants portaient des bracelets et des colliers. Les hommes pouvaient porter également de grosses bagues chevalières, surmontées de camées ou de pierres semi-précieuses. Il existait également des bagues en forme de clés, qui ouvraient les serrures de petits coffrets. Les femmes et les filles appréciaient particulièrement les pendants d'oreilles, mais aussi les bagues qu'elles pouvaient porter enfilées jusqu'à la base du doigt, comme à notre époque, ou sur la seconde ou même sur la première phalange.

bijoux en or bracelets perle en verre

Le bijoutier utilisait des matériaux très variés pour la fabrication des bijoux : le bois, l'os ou l'ivoire, la pierre ( pierres précieuses ou pierres semi-précieuses comme le quartz ou le jais), la terre cuite, la pâte de verre ou le métal (bronze, argent ou or). Il gravait au poinçon des portraits ou des scènes mythologiques sur des pierres semi précieuses (cornaline, jaspe, agate, onyx), du corail ou de la nacre et enchâssait ces camées sur des anneaux de métal précieux.

Les pendants d'oreille se devaient d'être très longs, et n'étaient pas de simples boucles. Les perles étaient à la mode à l'époque, perles de verres, mais aussi perles fines d'huîtres, montées sur fils d'or.

Les bracelets étaient souvent ouverts et pouvaient s'adapter ainsi à tous les poignets. Leurs extrémités pouvaient être décorées de têtes de lion, ou de serpents. Certains bracelets étaient en argent ou en verre torsadé, mais la plupart étaient en bronze.

Des objets usuels étaient également considérés comme des bijoux par les Gallo-romains :

Les fibules étaient des épingles - de conception similaire à nos modernes épingles de sureté -, de forme très variée, parfois décorées de motifs animaux ou végétaux. Ces fibules comportaient une aiguille, l'ardillon, qui permettait d'attacher les deux pans d'un vêtement ensembles, en particulier les manteaux. Il existait des fibules ou des bagues militaires, qui marquaient l'appartenance sociale de leurs porteurs.

Les miroirs étaient faits de métal poli, qu'il fallait frotter avant usage pour leur redonner leur brillant. En effet, les miroirs en verre comportant une fine couche métallique réfléchissante, ne furent inventés que beaucoup plus tard. Les miroirs romains pouvaient être très simples, ou alors être de véritables bijoux ouvragés.

bijoux et verres

Le verre

Le verre, matériau rare au début de la conquête, était utilisé essentiellement pour fabriquer des perles et des bijoux, et quelques récipients. A partir du Ier siècle après J.-C., les Romains diffusèrent dans les Alpes Maritimes une invention mise au point en Syrie à la fin du siècle précédent : le verre soufflé avec une canne. Les vases, les gobelets, les fioles en verre se multiplièrent alors dans la région, mais restèrent néanmoins le privilège d'une élite.